Paul Waroquier

Se servir de ses blessures pour réaliser ses rêves

Revenir plus fort après une blessure

Atteindre son objectif en course à pied, comme dans tout autre sport, nécessite un plan adapté à son objectif mais aussi et surtout une volonté et un mental d’acier. On constate souvent que certains sportifs, victimes de longues blessures ou d’accidents graves, reviennent parfois à la compétition totalement transformés par l’expérience très difficile qu’ils ont su surmonter. Ils deviennent alors des adversaires encore plus redoutables qu’ils ne l’avaient jamais été.

Paul Waroquier, un des fondateurs de RunMotion, a écrit le livre L’Art de Gagner où il analyse les ressorts mentaux de la gagne ou de la réussite de nos rêves sportifs.

Extrait du chapitre « Se servir de ses blessures pour gagner ».

Se servir de ses blessures pour gagner

Certains sportifs se voient très affectés lorsqu’ils sont victimes de blessures, le monde semble s’effondrer sous leurs pieds en même temps que les espoirs placés en la saison à venir.

Bien sûr, il n’est jamais facile ni agréable de voir ses projets contrariés, mais, comme beaucoup l’ont prouvé, tout n’est pas perdu pour autant. Une blessure n’est rien de plus qu’un contretemps plus ou moins important selon sa gravité, qui implique un certain nombre d’adaptations, un obstacle de plus à franchir sur la route de la réalisation de vos objectifs. Le chemin que nous suivons n’a de valeur que s’il nous permet de grandir, de progresser grâce aux murs qu’il nous oppose, de nous renforcer à chaque fois qu’un piège nous fait trébucher…

Tout le monde tombe un jour ou l’autre, ce n’est qu’une question de temps.

Si j’observe un sportif tomber, c’est seulement pour voir comment il va se relever. Pour le sentir plus fort que l’instant d’avant, plus déterminé, plus résistant… Celui qui réagit ainsi se rapproche de son objectif au lieu de s’en éloigner.

Il gagne du temps sur ses adversaires au lieu d’être distancé. Il se remplit de certitudes et laisse les questions derrière lui.

Nick Bollettieri, un célèbre entraîneur de tennis, a écrit : « Certaines personnes voient les blessures comme la fin du monde, mais une blessure peut être un challenge. Celui qui n’est pas mis K.-O. dix ou quinze fois dans sa vie n’atteindra jamais son plus haut niveau d’excellence… »