Semi-marathon du Lac Majeur : Matteo nous raconte sa course de l’intérieur !

La course à pied est une longue histoire d’amour pour Matteo. Il débute ce sport un peu par hasard en 2015 avant d’en tomber rapidement amoureux. Il est également en charge de la communication de RunMotion Coach. Matteo a pris part au Semi-Marathon du Lac Majeur après une plan d’entrainement semi-marathon pendant 3 mois.

Comment s’est passé ton objectif du Semi-Marathon du Lac Majeur ?

Je voulais faire un chrono aux alentours des 1h21min, soit un rythme de 3:50/km. Même si j’avais dans un coin de ma tête la volonté de “casser” la barrière des 1h20. Ai-je réussi mon objectif sur le Semi-Marathon du Lac Majeur ? Je vous laisse découvrir cela ci-dessous.

Après une belle nuit de sommeil et une bonne collation, il est temps pour moi de partir rejoindre le lieu de départ. Après avoir récupéré mon dossard et m’être imprégné de l’atmosphère, je pars sans plus attendre m’échauffer. En ce dimanche matin, le temps est bon. Il fait une température aux alentours des 12 degrés et le ciel est bleu. Une fois mon footing d’échauffement terminé, je fais quelques gammes et étirements. Un rapide coup d’œil à ma montre et il est déjà temps pour moi de rejoindre la ligne de départ du Semi-Marathon du Lac Majeur. Pan ! Plus le choix, c’est l’heure de partir.

Porté par la foule, je boucle les trois premiers kilomètres en 3:43/km. Je me dis qu’il ne faut surtout pas m’enflammer et rester concentré sur mon allure objectif, soit une allure de 3:50/km. Je ralentis alors tout naturellement et je viens boucler les cinq kilomètres suivants en 3:48/km de moyenne. À ce moment de la course, j’ai déjà parcouru environ ⅓ de la distance totale et je me sens incroyablement bien. J’en profite pour accélérer et je boucle les 4 prochains kilomètres en 3:45/km. J’ai déjà fait 12 km. Ça passe à une vitesse folle !

Au kilomètre 13, j’ai face à moi la plus grosse difficulté du parcours. Un kilomètre avec un faux plat montant qui compte 1.5% de pente moyenne. Je sais que c’est la principale voire la seule difficulté du parcours. Je serre les dents et je vois que c’est aussi dur pour les autres concurrents. Je ne faiblis pas dans cette côte et j’en viens même à doubler des adversaires. Je suis à la 11ème position à ce moment de la course. Après avoir vaincu cette côte, je sais que le kilomètres suivant est en faux plat descendant. Je déploie alors ma longue foulée et vient à bout du 14ème kilomètre en 3’34. Il me reste alors 7 km.

Matteo Selleri au Semi-Marathon du Lac Majeur

Et ces 7 derniers kilomètres du Semi-Marathon du Lac Majeur sont particulièrement exposés face au vent. Heureusement pour moi, j’arrive à accrocher un groupe de 3 coureurs. Je mets derrière eux, à l’abri du vent. Deux des trois coureurs devant moi décrochent, nous ne sommes plus que deux. Les kilomètres passent, la ligne d’arrivée se fait de plus en plus proche. Il ne reste plus que trois kilomètres et cela commence à être de plus en plus dur. Je commence à avoir de plus en plus de mal à suivre la personne devant moi. Je suis contraint de laisser mon adversaire s’envoler.

À 1.5 kilomètre de l’arrivée, je vois un concurrent revenir sur moi. Je ne m’affole pas et reste derrière lui. Je boucle le vingtième kilomètre en 3’48, il est vraiment temps que j’arrive à bout de ce semi-marathon, mes forces s’amenuisent. Mais l’arrivée du Semi-Marathon du Lac Majeur est toute proche ! C’est pour cette raison que je donne tout, quitte à m’écrouler une fois la ligne d’arrivée franchie.

J’arrive à boucler ce 21ème kilomètre en 3’43. Il ne reste alors quasiment plus rien. Une centaine de mètres à tout casser. Au prix d’un ultime effort, j’arrive à décrocher mon adversaire et je franchis la ligne d’arrivée en 1h19min30s, à la 9e place du Semi-Marathon du Lac Majeur ! Le contrat est plus que réussi et je laisse éclater ma joie !

Comment as-tu géré la préparation du semi-marathon du Lac Majeur ?

Mon objectif initial était de courir le semi-marathon du Lac Majeur en 1h21. Pour réaliser mon objectif, j’ai lancé un plan d’entrainement RunMotion Coach sur 12 semaines, à raison de 5 entraînements par semaine.

Qu’est-ce qui te motive à courir ?

La course à pied est tout simplement ma bulle d’oxygène. Ce sport me permet de me ressourcer et de me concentrer sur moi-même. 

Comment as-tu connu l’application RunMotion Coach ?

Après avoir quitté ma ville natale de Chambéry pour mes études, j’ai dû quitter mon club d’athlétisme. Avec mes contraintes inhérentes à ma vie d’étudiant, je ne trouvais plus forcément le temps de m’entraîner et surtout l’envie de retrouver un nouveau club d’athlétisme. Je suis donc parti à la recherche d’un coach digital et RunMotion Coach m’est apparu comme le plus pertinent d’entre eux. 

Qu’est-ce que tu préfères dans l’application RunMotion Coach ?

J’adore la diversité des séances proposées. J’apprécie beaucoup également le fait de choisir entre trois différents types de coach (même si Coach Philippe est parfois un peu énervant!).  

Quel est ton prochain défi sportif ?

Mon prochain défi sera de me reposer. Non, plus sérieusement pour la fin de l’année je n’ai pas de défi sportif ! Mais pour l’année 2023, j’aimerai me lancer sur marathon. Pourquoi pas faire le marathon d’Annecy !

Avatar photo
Romain AdamMarathonien (2h36) et traileur, Romain aime donner des conseils pour progresser à des coureurs de tous niveaux. C'est l'occasion pour lui de rendre à la course à pied ce qu'elle lui a apporté.
runmotion coach

Tout ce qu'il te reste à faire, c'est courir.

L'appli RunMotion Coach te prépare ton plan d'entrainement personnalisé pour réussir tes objectifs running (10km, semi, marathon, trail, ultra-trail, perte de poids...).
Plus de 350 000 coureurs l'utilisent déjà, et toi ?

Télécharger

You have Successfully Subscribed!