Guillaume Adam

Le Marathon de Boston, une course de légende

Courir le marathon de Boston
Courir le Marathon de Boston représente une consécration pour des milliers de coureurs. L’épreuve américaine fait figure de pionnière puisque ce marathon existe depuis 1897, bien avant le fameux marathon de New York qui a lui vu le jour en 1970. Le marathon de Boston fait parti des 6 World Marathon Majors avec Tokyo, Londres, Berlin, Chicago et New York. Chaque année 30 000 marathoniens et 500 000 spectateurs participent à cette fête populaire.

Le marathon de Boston, le plus vieux marathon organisé annuellement

Le marathon est une épreuve créée en 1896 lors des premiers Jeux Olympiques modernes à Athènes, pour retracer la légende de Philippidès. John Graham, manager de l’équipe de marathons américaine lors de ces Jeux, décide d’organiser un marathon à Boston l’année suivante. La course part de Ashland dans la périphérie de Boston et rejoint le centre de Boston. A cette époque le marathon de Boston mesure 39,4 kilomètres.

A partir de 1924, le départ du marathon est donné dans la ville de Hopkinton pour s’aligner avec la distance officielle du marathon (42,195km), décidée par la fédération internationale en 1921. Depuis ses débuts, le marathon a toujours eu lieu lors du Patriot’s Day, qui tombe le 3ème lundi d’avril.

Un parcours exigeant et un marathon de la périphérie au centre de Boston

Le marathon de Boston se court d’un point A à un point B. Les lignes de départ et d’arrivée du marathon de Boston sont distantes de près de 40 kilomètres. Même si le parcours est globalement descendant, le dénivelé positif cumulé est de 165m et le dénivelé négatif cumulé est de 280m. La partie la plus difficile est certainement l’enchainement de 4 côtes à Newton entre les kilomètres 26 et 33. La dernière côte, la Heartbreak hill porte bien son nom !

En 2011, le Kenyan Geoffrey Mutai bat le record du monde du marathon en 2h03’02, mais le record ne sera pas homologué. Pour qu’un record soit valide, la différence d’altitude entre le départ et l’arrivée doit être inférieure à 42m. Ces 2 points doivent aussi être distant d’au maximum 21km pour prendre en compte un fort vent de dos comme ce fut le cas lors de cette édition.

Le parcours du marathon de Boston

Décrocher un dossard du marathon de Boston, un sésame convoité

En 1970, le club qui organise le marathon, le Boston Athletic Association, met en place des minima de qualification. Contrairement à la majorité des marathons où tout le monde peut participer, il faut courir en moins de 3h05 pour les hommes de moins de 35 ans et en moins de 3h35 pour les femmes de moins de 35 ans pour avoir le droit de s’inscrire. Le temps qualificatif est bien entendu dégressif avec l’âge. Réaliser le chrono qualificatif n’est pas toujours suffisant suivant le nombre de pré-inscriptions. En 2018, il fallait avoir couru 3 minutes plus vite que le temps demandé pour obtenir un dossard.

“Courir Boston” comme disent les locaux représentent un accomplissement pour des milliers de coureurs.

Il existe aussi des dossards caritatifs où l’on obtient un dossard en collectant $1500 pour une association.

Kathrine Switzer, une des pionnières à courir le marathon de Boston en 1967

Il faudra attendre 1972 pour que les femmes soient autorisées à courir le marathon de Boston, suite à la décision l’année précédente de la fédération américaine d’autoriser les femmes à courir des longues distances. A l’époque, on croit les femmes incapables physiologiquement d’accomplir de telles distances.

Le combat de femmes comme Kathrine Switzer aura sûrement aider les femmes à acquérir le droit de courir en compétition. En 1967, l’Américaine s’inscrit avec un dossard homme sous le nom de “K. V. Switzer”. Pendant le marathon, le directeur de la course essaye d’arracher le dossard de Switzer et de l’empêcher de continuer. L’incident fait scandale. Kathrine Switzer arrive au bout de son marathon en 4h20, une heure après une autre Américaine : Bobbi Gibb, qui elle a couru sans dossard. Bobbi Gibb avait déjà couru en 1966 et a été reconnue rétroactivement vainqueur des éditions de 1966, 1967 et 1968.

“Boston Strong” après l’attentat de 2013

Le 15 avril 2013, deux bombes artisanales explosent à quelques mètres de la ligne d’arrivée alors que des milliers de marathoniens sont en train de finir leur course. L’attentat fait 3 morts et 264 blessés. S’en suivent 5 jours d’une chasse à l’homme pour capturer un des terroristes, le second ayant été tué dans la course poursuite.

Les habitants de Boston font preuve de résilience et se rassemblent autour d’un slogan Boston Strong. “Ils ont échoué car les Bostoniens ne se sont pas laissés intimider”, déclarait le président américain Barack Obama. Les films Traque à Boston (Patriot’s Day en anglais) et Stronger, sortis respectivement en 2016 et 2017, retracent les évènements.

Est-ce que tu rêves de courir le marathon de Boston un jour ? 🏃‍♂️