Guillaume Adam

Le régime sans sucre pour le coureur ?

Régime sans sucre
Qui n’a pas encore entendu parlé des régimes sans sucre ? Chaque Français consomme en moyenne 30 kilogrammes de sucre par an. La faute à de mauvaises habitudes et à une matière première (trop) bon marché. Regardez les étiquettes de vos produits pour vous en rendre compte : les industriels de l’alimentation mettent des sucres ajoutées partout… Si pour le sportif, le glucose est un carburant de l’effort, il convient de limiter sa prise de sucre et de privilégier les glucides complexes !

Le sucre rend accro

Plus on mange du sucre, plus on a envie d’en reprendre. Manger du sucre active le circuit de la récompense et libère la dopamine, l’hormone du désir et du plaisir.

Cette addiction, au même titre qu’une drogue, touche plus de 5% des Français. Lorsque le sucre est consommé en trop grande quantité, le corps le stocke sous forme de graisse. C’est pour cette raison que l’on grossit en mangeant trop de sucres. En 25 ans, l’obésité a été multipliée par 2.

Parfois, le foie s’inflamme et stocke même ce gras, c’est la NASH (stéatohépatite non-alcoolique) ou la maladie du foie gras… Elle touche 6% des Français.

Le sucre un ingrédient bon marché

Pour nous rendre accro à leurs produits, les industriels rajoutent du sucre même dans des produits improbables comme le jambon ou l’eau des cornichons… L’assurance de vous voir en reprendre la prochaine fois au magasin ! Dans les gâteaux, le sucre joue le rôle de conservateur.

85% du sucre produit en France provient de la betterave à sucre. Une fois les vitamines, minéraux et fibres enlevés de la betterave, il reste 18% de molécules de saccharose : le fameux sucre.

La betterave à sucre est en ce moment en surproduction et son coût est imbattable : 25€ la tonne. Une fois processé, le sucre est vendu aux industriels 50 centimes par kilogramme. Seule la farine de blé coûte moins cher : 30 centimes par kilogramme. C’est donc un ingrédient de premier choix pour produire des produits toujours moins cher…

Le petit déjeuner, un cocktail de sucres détonnant

Qui n’a jamais donné de bols de céréales avec du jus de fruit le matin à ses enfants ? Les paquets de céréales designé avec des personnages sympathiques sont moins cool qu’ils n’y paraissent. Ils contiennent en général plus 40% de sucre. Comment le vérifier ? Regardez sur l’étiquette les valeurs nutritionnelles pour 100 grammes : la quantité de sucre est souvent supérieure à 40 grammes.

Les jus de fruits contiennent autant de sucre que les sodas. Pour un verre de 20cl, vous avez 20 grammes de sucre. Lorsque le jus de fruit est industriel, la qualité des vitamines et minéraux est faible.

Si vous prenez un petit bol de 50 grammes de céréales plus un verre de jus de fruits, vous êtes déjà à 40 grammes de sucre. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande une limite à 25 grammes de sucre par jour…

Le pic de glycémie arrive 30 minutes après le petit déjeuner, et vos enfants ou vous-même êtes en hypoglycémie en milieu de matinée… Si vous écoutez les pubs, vous lui glissez alors dans son sac un petit en-cas bourré de sucre et il tiendra jusqu’à midi. Ils sont forts niveau marketing dans l’agro-alimentaire…

Si vous souhaitez garder des céréales, privilégiez les flocons d’avoine, nous vous proposons quelques idées de petits-déjeuners sportifs.

Par quoi remplacer le sucre de table ?

Le sucre de table peut être remplacé par du sirop d’agave, de la stévia naturelle, du sucre de coco ou certains miels à faible indice glycémique comme le miel d’acacia.

Les édulcorants de synthèse comme l’aspartame, utilisé notamment dans les sodas Zéro ou Light, sont déconseillés pour les sportifs.

L’alimentation doit rester source de plaisir, essayez d’adapter vos habitudes pour allier une alimentation saine, notamment pour avoir une bonne source d’énergie pour le sport, et plaisir.