Guillaume Adam

Courir, est-ce mauvais pour la santé ?

Courir est-il mauvais pour la santé ?
On a tous entendu un jour quelqu’un dire : « courir c’est mauvais pour la santé ! » Ou sacrilège, tu t’es peut-être toi-même déjà entendu dire cette phrase ? Voici ce que tu peux répondre à tante Suzanne ou à ton collègue Jacques qui te soutiennent que tu ferais mieux de rester dans ton canapé. Arrête de te mentir, oui courir c’est bon pour la santé.

« Ca me fait peur ces morts subites chez le sportif, ca arrive quand même souvent »

Bien que spectaculaire, la mort subite chez les coureurs reste heureusement quelque chose d’exceptionnel. D’après une étude américaine sur plus de 11 millions de coureurs, la prévalence de décès par arrêt cardiaque en course est de 1 sur 259 000 coureurs. Sur marathon, le risque est un tout petit peu plus élevé : 1 sur 158 000.

Il faut remettre ces chiffres en perspectives, en France, chaque année 40 000 personnes succombent d’un arrêt cardiaque. Un peu plus de 2 millions de Français participent à des courses chaque année, donc statistiquement on enregistre 8 arrêts cardiaques mortels en compétition, soit à peine 0,02% des arrêts cardiaques que l’on dénombre en France…

« Courir, c’est pas bon pour la santé et les articulations. Regarde, Francis il peut plus courir depuis son dernier marathon ! »

Au contraire, courir est bon pour le corps ! A force de sédentarité, le corps perd ses facultés et les fonctions que la nature lui a donné.

Si tu as déjà fait l’expérience d’avoir le bras ou la jambe immobilisé pendant une longue période comme lors d’une fracture, tu as sûrement été surpris de voir comment en seulement quelques semaines tes muscles ont fondu comme neige au soleil. Il faut donc progressivement réadapter le membre immobilisé.

La sédentarité a peut-être transformé la formidable machine qu’est ton corps en un mollusque géant. Le corps s’est petit à petit désadapté car si l’on n’utilise pas certaines fonctions, le corps les met en sommeil pour ne pas dépenser de l’énergie inutile.

L’homme est né pour courir, regarde les enfants courir pieds nus dans un parc… En revanche, l’homme sédentaire n’est plus adapté à la course, c’est la cause de nombreuses blessures.

C’est un peu comme essayer de parler une langue que tu avais apprise au collège et que tu n’avais pas reparlée pendant 20 ans. Il faudra quasiment recommencer à zéro, mais les progrès seront toujours plus rapide car tu auras quelques “restes”.

La course à pied ou toute activité sportive c’est pareil, si tu as été inactif pendant 5 ans, vas-y progressivement. Ecouter son corps est primordial, encore plus en période de reprise.

Il n’est jamais trop tard pour se mettre à courir ! La preuve avec Deirdre Larkin. Cette grand-mère dynamique se met à la course à pied à l’âge de 78 ans, pour soigner de l’ostéoporose sur qui les médicaments n’ont aucun effet…

Si tante Suzanne ne veut pas commencer une activité phyisique, c’est son problème. Le seul obstacle, c’est ta volonté.

Si tu as des douleurs inhabituelles, par exemple aux articulations, essaye de voir un professionnel de santé qui pourra détecter les causes, qui peuvent venir d’un matériel inadapté, d’une reprise trop rapide, d’une gestuelle de course inadaptée, d’un problème biomécanique, d’une pratique excessive… Il y a toujours une cause aux douleurs, et la clé pour les soigner se trouve souvent en nous. Un regard extérieur peut nous aider à identifier les causes et à les supprimer.

Tu as maintenant le choix, soit de continuer de te mentir à toi même, soit d’enfiler une paire de running. Libère ton potentiel !