Périostite tibiale : la blessure du coureur

Périostite tibiale chez le coureur

La périostite tibiale est une inflammation du périoste, une membrane qui enveloppe le tibia. Il s’agit d’un syndrome douloureux et très fréquent chez les coureurs à pied. En particulier pour les coureurs sur route qui ont récemment augmenté leur kilométrage à l’entrainement. La périostite tibiale est une douleur généralement diffuse qui s’étend sur la longueur interne du tibia.

Comment savoir si j’ai une périostite tibiale ?

C’est une pathologie qu’il ne faut pas prendre à la légère car elle est le résultat d’une surcharge au niveau des membres inférieurs. Elle survient lorsqu’une charge au niveau du tibia et des muscles adjacents est trop brutale ou répétée.

Généralement, l’inflammation interviendra le soir même ou le lendemain d’une séance. Mais si tu ne soignes pas cette inflammation, tu pourras la sentir ne serait-ce qu’en marchant ou en montant des escaliers. Si tu appuies sur la zone enflammée, tu peux sentir une douleur plus ou moins violente.

Périostite tibiale : les causes

Chez le coureur, les périostites sont fréquentes. Elles sont dues à plusieurs phénomènes. Un sportif peut souffrir d’une périostite tibiale parce qu’il a augmenté sa charge d’entraînement. Les mollets, tibia et autres membres inférieurs sont alors mis à rude épreuve le temps que le corps s’adapte à cette nouvelle fréquence d’entraînement.

Les chaussures peuvent être à l’origine d’une inflammation. Contrairement à ce que l’on croit, la chaussure n’amortit pas tous les chocs. En revanche, une chaussure abîmée ou usée favorise grandement l’apparition de périostite ou autres douleurs inflammatoires.

Le passage d’un terrain souple à un terrain dur est un facteur d’apparition des périostites tibiales. En effet, sur terrain souple (gazon, piste en herbe, sentiers…) les chocs sont moins importants. Courir sur du goudron est en effet plus traumatisant pour tes muscles, tendons et articulations.

L’automne et l’hiver sont des périodes où les coureurs souffrent souvent de périostites tibiales. En général, c’est la saison pendant laquelle tu vas courir plus souvent sur une piste ou un autre type de terrain dur.

Si la douleur est vraiment très intense et que tu remarques l’apparition d’un gonflement ou œdème, prend rendez-vous chez un médecin du sport ou un kiné. Il peut s’agir d’une fracture de fatigue.

Soigner une périostite tibiale

Il existe plusieurs manières de soigner ou soulager une périostite tibiale. C’est assez personnel, il se peut que certaines solutions ne soulagent pas ta périostite.

La première solution c’est de lever le pied. Une zone enflammée se soignera si tu la décharges au maximum. Cela ne veut pas dire que tu ne peux rien faire. La natation ou encore le vélo peuvent remplacer temporairement la course à pied.

Les séances de kinésithérapeute te permettront de soulager ton périoste et détendre les muscles adjacents, ce qui diminue la zone inflammée. Des kinés utilisent les ondes de chocs pour soigner les inflammations, mais tous ne le pratiquent pas. D’autres pourront appliquer des tapes (bandes élastiques de couleurs).

Tu peux glacer la zone douloureuse pour réduire l’inflammation du périoste ou soulager temporairement. N’hésite pas à le faire plusieurs fois par jours sur des périodes de 20min.

Utilise le dos d’une cuillère et de l’huile d’arnica que tu appliqueras sur la partie inférieur du tibia. Avec le dos de la cuillère tu pourras faire pénétrer l’huile en massant de bas en haut sur la longueur du tibia. C’est assez douloureux.

La nuit tu peux appliquer de l’argile verte sur la longueur du tibia. L’argile verte a des vertus anti-inflammatoires.

Prévenir cette blessure chez le coureur

Une fois que tu auras soigné ta périostite tibiale, tu pourras reprendre la course à pied de manière progressive. C’est très important de respecter cette progressivité car l’inflammation peut revenir rapidement. Pour cela, tu éviteras les séances de côte d’intensité. Privilégie des footing (pas trop longs) et continue d’alterner course à pied et vélo ou natation.

Essaye de courir sur des terrains souples. Les terrains en herbe ou les sentiers en terre seront parfaits pour reprendre la course à pied.

Quand tu rentres d’un entraînement, tu peux pratiquer l’auto massage pour récupérer et détendre tes muscles.

Vérifie que tes chaussures ne sont pas trop usées. Parfois, mieux vaut investir dans une paire de chaussure que de retourner 30 fois chez le kiné. Si tu as l’opportunité de faire une analysé de foulée et de déterminer ton type de foulée. En effet, la pose de ton pied lorsque tu cours peut avoir un impact sur tes muscles.

N’oublie pas que le plus important est d’être à l’écoute de ton corps. Il est préférable de lever le pied quelques jours pour éviter une blessure plus importante et plus longue à soigner. C’est vrai pour une périostite tibiale, mais aussi d’autres blessures.

Il est important que ton plan d’entrainement prenne en compte l’évolution de ta charge d’entrainement. Si tu veux un programme d’entrainement adapté, tu peux télécharger RunMotion Coach.

Avatar photo
Alanis DucAprès avoir foulé le tartan, Alanis se tourne vers la course en montagne en 2019 et a couru aux Championnats d'Europe. Si tu envoies un message sur nos réseaux sociaux, c'est elle qui te répondra.

Tout ce qu'il te reste à faire, c'est courir.

L'appli RunMotion Coach te prépare ton plan d'entrainement personnalisé pour réussir tes objectifs running (10km, semi, marathon, trail, ultra-trail, perte de poids...).
Plus de 500 000 coureurs l'utilisent déjà, et toi ?

Télécharger

You have Successfully Subscribed!