Vincent est finisher de son 4ème marathon : le Marathon de la Rochelle !

vincent marathon de la rochelle

Vincent a commencé la course à pied en entrainement croisé, par manque de temps pour ses entrainements cyclisme, pendant sa saison 2020. A la fin de sa saison, au vu des quelques kilomètres parcourus, il s’est inscrit sur un premier semi marathon. La saison suivante, il s’est inscrit à son premier marathon avec sa compagne (celui de Rennes en 3h13). Cette année, il a déjà fait 3 marathons et 3 trails.

Comment s’est passé ton Marathon de la Rochelle ?

Tout d’abord mon objectif premier était le Marathon de Rennes le 23 Octobre, j’avais réalisé 3h13 l’année dernière, et après un changement de régime alimentaire en début d’année afin d’améliorer mes performances sportives et également d’un point de vue santé personnelle, j’ai fait le Marathon de Paris en Avril sur lequel j’ai réalisé 3h29 (les habitudes alimentaires n’étaient pas encore bien assimilées). J’ai donc fait ce marathon de Rennes et une préparation pour descendre ou m’approcher des 3h. Mais j’ai été malade la semaine de la course avec une grosse fièvre 48h avant et j’ai réalisé 3h11 ce qui n’était pas l’objectif prévu, et donc très déçu.

Après tous ces mois de préparation la déception et la frustration était présente, et avec ma compagne qui participe aux marathons également avec moi, je me suis mis à regarder le calendrier des prochaines échéances et j’ai fait le pari de m’inscrire au Marathon de La Rochelle qui avait donc lieu 5 semaines après le marathon de Rennes. Je ne savais pas comment mon corps allait réagir, c’était l’inconnu mais je voulais effacer « l’échec » et la déception de ma performance de Rennes. J’ai donc relancé une préparation avec RunMotion Coach après une semaine de récupération, ce qui me faisait un cycle de reprise et de maintien de 3 semaines avec une dernière semaine d’affutage.

Je voulais arriver sur ce marathon de la Rochelle sans pression, prendre du plaisir et bien finir l’année, je ne savais même pas si au vu de l’enchainement si je pourrais même tout simplement être finisher, c’était un peu l’inconnu. J’ai donc effectué quelques petits tests au niveau nutrition, c’était l’occasion. Je suis une alimentation Low carb afin de privilégier la filière lipidique (et au niveau santé également avec le juste niveau nécessaire de sucres), j’ai donc ajouter un peu de glucides la veille avec de vrai bonnes galettes bretonne de sarrasin avec œuf fromage et jambon, et je suis parti à jeun le lendemain, et je me suis alimenté normalement comme je le fait habituellement pendant la course.

J’ai donc pris le départ avec toujours cet objectif de 3H mais tout en surveillant toujours les pulsations cardiaques pour m’indiquer si je n’étais pas trop dans la zone d’intensité à ne pas dépasser. Après un départ où finalement j’ai vu que l’allure de 4’15/km serait sans doute difficile à tenir sur le long terme, j’ai adapté ma vitesse afin d’être dans ma zone d’intensité marathon ce qui me donnait une allure entre 4’20 et 4’25 sur des bases de 3h05. Mon fils étant sur le parcours du Marathon de la Rochelle, je le cherchais du regard à chaque passage quand nous revenions pendant des passages avec un peu plus de monde. D’ailleurs le public était vraiment présent, on se serait presque cru à Paris !

La météo était idéale, entre 10 et 15 degrés, pas trop de vent et pas de pluie. Le marathon de la Rochelle est un très beau parcours roulant bien adapté pour un marathon. Les sensations du départ à jeun était satisfaisante, l’énergie était là sans les petites lourdeurs digestives. Je précise que je m’entraine souvent à jeun. J’ai passé le semi en 1h32, c’était l’objectif.

J’ai ensuite tenu l’allure, en faisant attention à rester dans la bonne intensité pour pouvoir tenir jusqu’au bout. Je sentais une petite boule à l’arrière de la cuisse depuis le 15ème, mais elle est resté là jusqu’à l’arrivée sans jamais se transformer en crampes. Les kilomètres passaient et j’étais toujours dans cette sensation « agréable » où je ne ressentais pas le besoin de diminuer l’allure.

A 5 km de l’arrivée, tu sais au niveau de tes sensations que tu vas aller au bout. Tu vois que ton rythme tiens, cela te donne du moral. Le public te porte, tu mets la musique de Rocky dans ta tête, et tu profites à fond de ces derniers kilomètres ! J’accélère un peu sur les deux derniers kilomètres voyant que de la réserve d’énergie est encore là, je passe la ligne en 3h05 avec un grand sourire, les bras levé, tout l’inverse de l’arrivée 5 semaines avant !

Le contrat était rempli, le pari tenu, et le plaisir et la satisfaction vraiment au rendez-vous. Je suis vraiment heureux d’avoir osé ce pari un peu fou, quand je repense à comment j’ai vécu ce marathon de la Rochelle qui a été un vrai orgasme sportif. Il faut parfois écouter ses sensations, ses envies, son corps aussi, et oser car je pense que beaucoup m’aurait dit de ne pas tenter, que 5 semaines c’était trop juste entre 2 marathons, et finalement cela restera le plus beau de ma vie.

Après j’ai rejoins mon fils qui m’attendait à l’arrivée, nous avons attendu l’arrivée de ma compagne, qui tentait ce pari aussi, et qui a réussi également son objectif. Avec RunMotion Coach bien sûr.

Comment as-tu géré ta préparation pour le Marathon de la Rochelle ?

Je considère que finalement j’ai géré la préparation en ajoutant également la préparation de Rennes et que finalement le marathon de Rennes était une grosse sortie longue en vue du marathon de la Rochelle.

Je préparais cet objectif depuis début Août après la fin de ma saison de cyclisme sur route (Mai- Août), et celle de Paris depuis Janvier.

Je fais en règle général entre 5 et 6 séances par semaine toujours accompagné depuis 2020 avec RunMotion Coach. Je considère que notre corps est fait pour courir et bouger, il suffit juste de trouver l’équilibre dans ce que l’on fait chaque jour pour ne pas se blesser, et de ce côté j’ai entièrement confiance à mon plan marathon RunMotion Coach.

Qu’est-ce qui te motive à courir ?

Ce qui me motive, c’est le plaisir de courir, bouger, sentir que je progresse, et atteindre des objectifs que je me suis fixé, afin d’essayer de se rapprocher de son potentiel maximum à l’instant T. Et être dans la nature, se retrouver avec soi même, et oublier un peu ce monde qui va bien trop vite pour nous de nos jours, simple animal humain, et être en accord avec nous même.

Comment as-tu connu l’application RunMotion Coach ? :

J’ai connu l’application quand je cherchais une manière simple d’avoir des séances d’entrainement à réaliser et de programmer en fonction de soi, afin de pouvoir progresser, et ne pas faire n’importe quoi en faisant seulement des sorties sans but et sans savoir comment les construire.

Qu’est-ce qui t’a encouragé à télécharger et tester l’application ?

Au tout départ je voulais des entrainements en course à pied pour m’aider dans ma pratique du cyclisme et RunMotion Coach avait un programme « endurance et explosivité » pour un autre sport. Je l’ai suivi et c’était parti. Les résultats se sont ressentis dès le départ. Et puis la course à pied a pris de plus en plus le dessus. J’utilise RunMotion Coach toute l’année maintenant, c’est devenu finalement mon entraineur, que ce soit dans ma préparation cyclisme (j’adapte même pour mes entrainements vélo), ou pour mes préparations course à pied.

Qu’est-ce que tu préfères dans l’application ?

La personnalisation des entrainements, la facilité pour aménager nos semaines d’entrainements, le côté très intuitif de l’appli, l’export des entrainements dans les différentes montres GPS depuis la dernière mise à jour, et tout simplement le fait que tu as ton programme auquel tu fais confiance et que tu pars seulement courir sans prise de tête en suivant les séances demandées, qui vont te faire atteindre ton objectif de départ et progresser. J’aime également la possibilité maintenant de mettre des objectifs secondaires dans la préparation de l’objectif final, cela construit des plans vraiment aboutis et cohérents.

Quel est ton prochain défi sportif ?

L’année 2023 va s’articuler autour de deux objectifs, le premier le 08/04 qui est le 100km de Bretagne à Crévin, et le deuxième le 30/06 le Grand Raid 175km de L’Ultra Marin. J’avais une envie d’allonger la distance l’année prochaine après avoir découvert les marathons. J’ai pris de plus en plus de plaisir à courir à ces intensités un peu plus basses, grâce à toutes les séances d’endurance que j’ai effectuées, contenu dans mes plans RunMotion Coach, et j’ai cette envie d’aller voir un peu plus loin et voir comment le corps va réagir.

Ma devise est « on n’a qu’une vie, la seule, la première, et la dernière ». Et en deuxième partie de saison je ne perds pas l’espoir de passer sous cette barre des 3h00 en marathon. Rennes ou La Rochelle ? On verra.

Merci Vincent pour ton récit ! Avec une telle envie et motivation, on ne doute pas que tu franchiras la barre des 3 heures au Marathon !

vincent et sa femme avec leur médaille
Avatar photo
Matteo SelleriLa course à pied est une longue histoire d’amour pour Matteo. Il débute ce sport un peu “par hasard” en 2015 avant d’en tomber rapidement amoureux. Il est en charge de la communication de RunMotion Coach.

Tout ce qu'il te reste à faire, c'est courir.

L'appli RunMotion Coach te prépare ton plan d'entrainement personnalisé pour réussir tes objectifs running (10km, semi, marathon, trail, ultra-trail, perte de poids...).
Plus de 400 000 coureurs l'utilisent déjà, et toi ?

Télécharger

You have Successfully Subscribed!