Bien gérer sa CCC : conseils et analyse du parcours

CCC course UTMB

La CCC® c’est l’une des courses phares de l’UTMB® Mont-Blanc. Le parcours reprend une bonne partie de la seconde moitié de l’UTMB®, mais avec des particularités. Si un jour tu rêves de courir l’UTMB®, la CCC est une course à mettre sur ton agenda. D’une distance de 100 kilomètres et 6000 mètres de dénivelé positif, le départ de la Courmayeur – Champex – Chamonix se déroule au centre de Courmayeur en Italie. Retrouve nos conseils pour bien gérer ta CCC®.

La CCC : Une première montée longue et difficile depuis Courmayeur

Le parcours de l’UTMB® passe par Courmayeur et le refuge Bertone. Même si la CCC® part de Courmayeur, le parcours ne va pas directement à Bertone.

Le départ de Courmayeur (environ 1200m d’altitude) donne lieu à une ambiance singulière dans le village de Courmayeur, au son de la musique de Vangelis “Conquest of Paradise”. Un premier passage d’environ 1km dans le centre de Courmayeur permet de s’élancer sur du plat, avant de voir la pente lentement se dresser. Le parcours est large au début. Même lorsqu’on trouve les premiers sentiers, le parcours reste large, sur un chemin de 4×4.

L’UTMB® monte au refuge Bertone sur la gauche au km 3, alors que la CCC® continue sur le chemin de 4×4 jusqu’au km 4,5 au hameau de Tsapy. Il faut profiter de ces premiers 4,5km pour se mettre à son rythme. Car le sentier en single commence juste après ce hameau. Après il sera très difficile de doubler dans le sentier en “single” jusqu’à la Tête de la Tronche au km9.

Quand on dit se mettre dans son rythme, cela veut dire ni trop vite, ni trop lent… En effet c’est 1000m de dénivelé positif en 4,5km, comme un KV, avec un léger répit à mi chemin. Il ne faut donc pas partir trop lentement au risque de rester coincer derrière un groupe trop lent, mais ne pas partir trop vite car en plus d’embêter les coureurs derrière, c’est le risque de partir trop vite et d’avoir trop donné alors qu’il reste plus de 90km…

Le maître mot reste prudence sur cette montée de la Tête de la Tronche (2584m d’altitude) ! Si l’on a pris des bâtons, ils seront de sortie dès le début du single. Préservez au maximum vos cuisses.

parcours CCC

La CCC : la bascule de la Tête de la Tronche vers le Val Ferret

Une fois arrivé en haut de l’interminable Tête de la Tronche, c’est le moment de basculer vers le refuge Bertone. On peut alors recommencer à courir à un rythme modéré. Le refuge Bertone est au km13 de la CCC. Si la météo est dégagée prenez le temps de regarder le Mont-Blanc, majestueux qui se dresse face à vous, et les Grandes Jorasses !

Puis il y a 12km en balcon face au Mont-Blanc, en format montagne russe, avec un enchaînement continu de petites bosses, courables la plupart du temps. Essaie d’être le plus relâché possible, il ne faut pas mettre trop d’intensité sur cette partie. On entame la descente courte mais assez raide vers Arnouvaz au km 25.

Le passage au Grand Col Ferret

Tu arrives au bout du Val Ferret, au moins dans sa partie basse. Il va falloir se préparer à dire Ciao à l’Italie, et monter environ 750m pour monter au Grand Col Ferret (2537m d’altitude). Souvent venteux, il sera perçu différemment selon les sensations de chacun. Si tu as été prudent jusque là, il est assez raide mais régulier, il passe beaucoup plus vite que la Tête de la Tronche ! Si tu as déjà mis un peu trop d’intensité, ça peut déjà tirer dans les cuisses.

Tu arrives à la frontière entre l’Italie et la Suisse. Et à moins de 5km à vol d’oiseau du Mont Dolent, frontière France-Italie-Suisse.

Bienvenue en Suisse

La Suisse est accueillante ! Par ses villages que tu vas rencontrer plus loin, mais aussi en t’offrant une première descente roulante et qui dure près de 20km ! Attention néanmoins, c’est peut-être un piège 😉 On a vite tendance à “envoyer” fort dans la descente vers La Fouly. Certains coureurs disent que c’est à partir de là qu’on peut commencer à se lâcher.

C’est à mon avis une erreur. Il faut encore économiser ses cuisses. En restant en endurance fondamentale ou très légèrement au-dessus. Car la descente est longue. De nombreux coureurs donnent trop et doivent marcher longtemps pour récupérer après la Fouly, alors que la partie La Fouly jusqu’au pied de la montée de Champex Lac est très largement courable si on n’a pas fait de bêtises. Les quelques secondes gagnées au début de la descente vers la Fouly se paient alors en plusieurs minutes ensuite à marcher sur le plat.

La Fouly est un village typique, avec un ravitaillement et des bénévoles très accueillants. Les chemins près de la rivière Dranse sont très agréables et permettent de retrouver de l’ombre sous les arbres. On approche de la montée vers Champex Lac.

La montée vers Champex Lac

La montée vers Champex Lac est raide mais assez courte (environ 400D+). Elle pique les cuisses, après une longue portion roulante. Il faut alors réduire la longueur de ses pas et s’aider de ses bâtons pour le rythme. En haut de la montée, on arrive au magnifique Lac de Champex

Les premiers coureurs sont déjà passés en début d’après-midi, mais pour beaucoup de coureurs la montée se fait de nuit. A Champex, au km53, un ravitaillement est à disposition. On dit souvent que la CCC commence maintenant ! Même si forcément tes cuisses ne sont déjà plus toutes fraîches.

N’hésite pas à te poser quelque temps pour repartir du bon pied. Il te reste en gros un enchaînement de 3 montées – descentes de 700 à 800m de dénivelé : Bovine, Catogne et Tête au Vent.

L’enchaînement Bovine, Catogne et Tête au Vent

Au départ de Champex, le long du lac est plat, et la partie jusqu’au pied de la montée de Bovine est globalement roulante.

Montée de Bovine

Désormais, il faut composer avec des jambes plus toutes fraîches et ne pas se poser trop de questions. La montée de Bovine connait un léger replat avant une montée raide mais heureusement pas trop longue. La descente sur Trient est assez technique, il faudra faire attention aux racines pour ceux qui passent de nuit. Tu seras content d’avoir travaillé les descentes à l’entrainement !

Montée de Catogne

Un autre ravitaillement est à Trient, petit village suisse connu pour son église rose. On est au km70 et la prochaine montée est encore très raide. Heureusement sur la fin la pente s’adoucit et lorsqu’on bascule à Catogne, la descente sur Vallorcine permet d’aller assez vite, avec un chemin d’abord étroit, une large piste vers les remontées mécaniques et une fin de descente plus technique dans la forêt avant d’arriver à Vallorcine.

Vallorcine est le dernier ravitaillement “complet”. Il reste un peu moins de 20km, et si l’on a de bonnes sensations, on sait qu’on arrivera au bout. Si l’on est en difficulté, il faudra repartir prudemment avec un peu plus de 3km en faux plat montant jusqu’au Col des Montets.

La montée de Tête au Vent – Flégère

Au Col des Montets, on aperçoit le mur qui s’élève pour la dernière montée ! Quand on y est de nuit (globalement pour les coureurs entre la 50e et 1000e place), il y a presque un côté poétique. On voit les lucioles de coureurs avec frontales déambuler au-dessus de nous. Cette montée est composée de blocs de pierre, un peu sous forme d’escaliers.

La montée de Tête au Vent est mythique pour les coureurs de la CCC et de l’UTMB. Ceux qui la passent de nuit ont la tâche d’autant plus ardue qu’en arrivant à Tête au Vent, le sentier reste très technique jusqu’à la Flégère, avec beaucoup de pierres. Les coureurs dans le top 50 et ceux dans la deuxième moitié du classement assistent à un spectacle grandiose avec vue sur toute la chaîne du Mont-Blanc !

L’arrivée de la CCC à Chamonix

Une fois arrivé à la Flégère, qui donne accès à un ravitaillement léger, principalement liquide, tu es presque au bout ! La descente sur Chamonix se fait avec ce qu’il te reste. Si tu es épuisé ou ressens des douleurs, tu gèreras au mieux. Si tu te sens bien, tu peux mettre tes dernières forces dans la bataille dans cette descente ! Elle a de nombreux lacets mais est plutôt roulante !

Lorsque tu traverses l’Arve, il ne te reste plus qu’à savourer le dernier kilomètre dans les rues de Chamonix. Tu imagines peut-être déjà l’arche d’arrivée… Les applaudissements dans les rues. On te laisse découvrir l’ambiance d’arrivée et l’émotion de franchir la ligne d’arrivée 😉

Matériel pour la CCC

Pour la CCC, il y a une liste de matériel obligatoire. Nous te laissons prendre connaissance de ce matériel. Une attention particulière sera à porter en cas de météo difficile (pluie, neige, froid, vent). Et bien sûr ta frontale si tu passes une part importante la nuit.

Sur le sujet nutrition, les ravitaillements sont positionnés globalement tous les 10 à 15kms, ce qui permet de se ravitailler suffisamment en eau. Tu pourras en plus partir avec des purées, barres ou gels pour l’appoint entre les ravitaillements. Nous te recommandons de prévoir en avance ton plan nutrition sur ton ultra trail.

Pour ma part la CCC 2021 est un souvenir inoubliable avec des paysages grandioses, une météo très clémente (presque un peu chaud) et une gestion bien maîtrisée pour finir en 15h21 (147ème).

Il ne te reste plus qu’à te souhaiter bonne course ! Et si tu lis cet article suffisamment tôt, n’hésite pas à télécharger RunMotion Coach, coach officiel de l’UTMB® Mont-Blanc pour te préparer 😉

Crédits images : site officiel UTMB® Mont-Blanc

Avatar photo
Romain AdamMarathonien (2h38) et traileur, Romain aime donner des conseils pour progresser à des coureurs de tous niveaux. C'est l'occasion pour lui de rendre à la course à pied ce qu'elle lui a apporté.
runmotion coach

Tout ce qu'il te reste à faire, c'est courir.

L'appli RunMotion Coach te prépare ton plan d'entrainement personnalisé pour réussir tes objectifs running (10km, semi, marathon, trail, ultra-trail, perte de poids...).
Plus de 350 000 coureurs l'utilisent déjà, et toi ?

Télécharger

You have Successfully Subscribed!